Savonnerie artisanale moderne, héritière d’une longue tradition

savonnerie artisanale

Depuis la découverte de Chevreul en 1812, on connait maintenant la composition exacte d’un savon artisanal. Ce chercheur a découvert que les corps gras ne diffèrent entre eux que par leurs propriétés physiques (oléine, margarine et stéarine). Il a démontré comment se transforme la matière grasse en savon grâce au processus de saponification. Aujourd’hui la savonnerie artisanale  moderne utilise la technique de saponification à froid.

Composition d’un savon artisanal

Le chimiste Cheveul a démontré que les corps gras se décomposent en glycérine sous l’action de la soude caustique (alcali caustique) qui reste en dissolution dans l’eau. Les acides gras séparés de la glycérine forment le savon artisanal en s’unissant aux oxydes alcalins.

Plus le savon saponifié à froid contient de la margarate ou du stéarate plus le savon est solide. Au-delà d’être un simple mélange ou le résultat de l’émulsion des huiles et des beurres avec la base forte, le savon à froid est une association d’alcali, d’eau et d’acides gras. C’est un sel dans un état de pureté plus ou moins important selon le mode de fabrication du savon.

Généralement on évalue la richesse d’un savon au pourcentage de matières grasses qui ont été ajoutés dans la recette pour fabriquer son savon.

Principe de saponification à froid

La saponification à froid est l’opération qui consiste à convertir les matières grasses (huiles et beurres végétaux) en savon.  D’un point de vue de la chimie, il s’agit de dédoubler les corps gras en glycérine et en acides gras par l’action de la soude caustique.

La décomposition des matières grasses par l’alcali n’a pas lieu immédiatement, elle se déroule en plusieurs phases. Lorsque la lessive de soude entre en contact avec les corps gras elle forme une émulsion. Des sels acides gras se tiennent en suspension pendant que le reste des corps gras prend naissance jusqu’à ce que la totalité de la masse se transforme en savon artisanal.

Une parfaite saponification exige un respect des quantités de soude nécessaires pour saponifier les huiles. Le mélange qu’on retrouve en saponification sous le nom d’empâtage a pour vocation d’assurer l’émulsion entre la soude caustique et les corps gras. C’est une opération qui présente de nombreuses difficultés car il faut fournir à la masse de matières grasses la quantité nécessaire de lessive de soude au fur et à mesure et dans les proportions nécessaires pour que le savon artisanal puisse se former sans se dissoudre ni former des grains ou des grumeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *